Projet / Mémoires en partage

Juin – décembre 2019

” La Rocade à l’époque, c’était synonyme de modernité. On se pressait pour venir y habiter. L’Eldorado au bout de champs de pêchers. ” Un habitant de la Rocade

  

Intervenants

Nicolas Rochette, poète, Sabrina Martinez, photographe, Anne Vuagnoux, vidéaste.

  

Objectifs de l’action

  • Accompagner les habitants des quartiers de la Rocade et de Saint-Chamand – Avignon – à l’appropriation du devenir de leur quartier.
  • Valoriser la mémoire des habitants par la création et la transmettre entre des populations aux divers parcours de vie.
  • Favoriser le faire ensemble entre la population et les artistes.
  • Véhiculer une meilleure image des territoires dits prioritaires de la politique de la ville.
  • Favoriser la mobilité entre les quartiers où sont ancrées les actions.

  

Description

L’année 2018 a été jalonnée par plusieurs étapes successives qui ont édifié le projet Mémoires en partage. Une exposition d’une dizaine de portraits d’habitants été réalisée. Elle circule parmi différents lieux de la ville. Cette initiative a été déclinée au sein d’un livret de 28 pages.

Téléchargez le Livret Mémoires en partage en .pdf

Des balades urbaines mettant en perspective passé présent et avenir se sont déroulées. Des ateliers déambulatoires qui convoquent images – fixes et en mouvement-et textes ont pris corps dans les quartiers de la Rocade et de Saint-Chamand. Ces séances ont été approfondies le temps d’une dizaine d’ateliers de deux heures dans les quartiers de Saint-Chamand et de la Rocade. Cette étape est conduite par Nicolas Rochette, poète, Sabrina Martinez, photographe, ainsi qu’Anne Vuagnoux, vidéaste.

Ces séances sont approfondies le temps d’une dizaine d’ateliers de deux heures dans les quartiers de Saint-Chamand et de la Rocade. Cette étape est conduite par Pierre Guéry et Nicolas Rochette, poètes, Sabrina Martinez, photographe, ainsi qu’Anne Vuagnoux, vidéaste.

Ces deux années ont permis aux artistes de récolter une matière riche et hétéroclite. Textes poétiques, photos, enregistrements sonores, anecdotes racontées au fil des rencontres in situ…  Il s’agit désormais de restituer ces matériaux, de les donner à voir et à entendre par le biais de la création en y associant les publics concernés.

De cette étape prendra corps de plusieurs manières :

  • Fabrication de cartes postales, une initiative qui leur permettra d’entamer une correspondance entre chaque quartier par le biais d’atelier déambulatoires.
  • Installations vidéo.
  • Poursuite des ateliers images. 

  

Public

Globalement nous avons voulu travailler en conscience avec la plus grande diversité d’habitants (habitat, générations parfois plusieurs au sein d’une même famille, parcours de vie, les plus anciens résidents en côtoyant d’autres plus récemment arrivés, ce, favorisant la multiplicité des regards afin que chacun puisse faire part de son expérience et mieux la transmettre aux autres).

Au total ce sont plus d’une cinquantaine de bénéficiaires qui en seront acteurs, sans compter les « réceptionnaires » de ce travail lors des restitutions sur les différents supports.