Actualités

 

  • 8 juillet 2017

    Les Rendez-Vous du mois de Juillet 2017

    Une proposition tirée du projet « Le Dire dans la cité »

    «Un parcours du sensible afin d’expérimenter la lenteur, invitation solitaire face à un adolescent ; là, dans sa corporalité, à l’instant de votre perception sur le lieu d’où l’on vous parle. Frontières à franchir, l’aléatoire, en une quinzaine de minutes, à travers la parole de l’auteur, celle de Frédérique Guétat Liviani, dans les fragments de mémoires d’habitants en partage.»
    Barbara Sarreau

  • 18 juin 2017

    Les Rendez-Vous du mois de Juin 2017

    La Porte Rouge

    Lecture dans le cadre de la périphérie du 35ème marché de la poésie avec les poètes :

    • Frédérique Guetat Liviani
    • Sarah Kéryna
    • Liliane Giraudon
    • Julien Blaine

    L’an dernier trois poètes ont rencontré in situ les habitants des quartiers de Monclar, de Champfleury et de Grange d’Orel autour de la thématique des frontières. Un recueil « La porte rouge », a été tiré de cette expérience. Il a fait l’objet d’une publication. L’Antre Lieux invite désormais les jeunes de 13 à 20 ans à s’emparer des textes écrits pour leur permettre d’exister dans l’espace public pendant le festival d’Avignon. Françoise Rouan, metteur en scène et Barbara Sarreau, chorégraphe les accompagnent dans cette initiative.

  • 10 juin 2017

    Dans le cadre du projet « Le Dire dans la Cité »

    CONTEXTE

    Le Dire dans la cité

    juillet 2016 à juillet 2017

    Le rendez-vous « Embarquement immédiat » a été le théâtre au mois de juillet de l’acte 1 de ce projet dans les quartiers Monclar et Champfleury. Une initiative similaire s’est déroulée dans le quartier Grange d’Orel.

    Toujours dans le cadre de ce projet, L’Antre Lieux vous attend pour l’acte 2 aux ateliers d’écriture pour jeunes, en présence des poétesses Frédérique Guétat Liviani et Sarah Kéryna, ainsi que Liliane Giraudon via Facebook…

    Frontières, une histoire dont vous êtes acteur…

  • 18 avril 2017

    Tahar Bekri

  • 18 mars 2017

    Mohamed Hmoudane

    10 mars 2017 – 20h30 – bibliothèque Pierre Boulle

    BIOGRAPHIE

    Né en 1968 à El Maâzize, village du Maroc, Mohamed Hmoudane réside en France depuis 1989. Son œuvre, saluée par la critique, compte plusieurs ouvrages poétiques dont, notamment, Parole prise, parole donnée (La Différence, 2003) ainsi que deux romans French Dream et le Ciel, Hassan II et Maman France, parus respectivement en 2005 et 2010 aux Editions de la Différence.
    Il publie son premier livre que Abdeellatif Laâbi qualifie d’ « étrange cérémonie de parole , tant les poèmes qui le composent semblaient jaillir de nulle part». Depuis, Mohamed Hmoudane ne cesse de défier les conventions. C’est dans Attentat que cette entreprise de « déconstruction » se fait la plus radicale. Dans le sillage tracé par Attentat, Hmoudane publie Incandescence et Blanche mécanique.
    Témoin tour à tour impassible ou âme expansive, Mohamed Hmoudane ne cède pas au déni béat. Arpenteur infatigable des espaces, il nourrit l’ambition d’être au monde tel qu’il se dissipe, tel qu’il advient. Dès lors, les poèmes jaillissent fulgurants, flamboyants et réfléchis, dans le sillage des grandes œuvres urbaines.
    Si elle en pilonne les fondations, cette poésie féroce et réfractaire exprime paradoxalement un désir irrépressible de ré-architecturer le monde. Telle guerre est déclarée à la langue et les mots entrent en collision avec le corps du poète, dans un duel impitoyable mais salutaire.


    BIBLIOGRAPHIE

    • Ouvrage collectif « Nous aimons la vie plus que vous n’aimez la mort » éditions Al Manar 2016
    • Le ciel, Hassan II et Maman France, La Différence 2010
    • Parole prise, parole donnée, La Différence 2007
    • French Dream, La Différence 2005 – Tarik Editions, Casablanca 2010
    • Blanche mécanique, La Différence 2005
    • Incandescence, Al Manar, 2004
    • Attentat, La Différence 2003
    • Poème d’au-delà de la saison du silence, L’Harmattan, 1994
    • Ascension d’un fragment nu en chute, L’Harmattan, 1992

    CRITIQUE
    « Flamboyante poésie héritière des grands élans comme les chants de Maldoror où la guerre calcine le verbe et le ressuscite. »
    Mohamed Leftah

  • 18 mars 2017

    Siham Bouhlal

  • 18 août 2016

    Exposition « Négritude »

    Maison pour Tous d’Avignon-Champfleury.

    Du 7 au 18 mars 2016, de 14 à 18 heures, tous les jours du mardi au vendredi.
    Exposition consacrée au mouvement littéraire de la Négritude, réalisée par les Vilains Bonshommes, cercle de poésie composé de détenus issus du Centre Pénitentiaire du Pontet, de septembre à décembre 2015

    Dans le Printemps des Poètes, L’Antre Lieux célèbre les grandes figures de la poésie du siècle dernier au travers d’une exposition (et d’une lecture musicale – voir ci-dessous). Parmi ces courants incontournables, celui de la négritude qui aura accompagné la période de décolonisation. Manière d’écouter, de voir, de sentir quels impacts la poésie peut exercer sur nos imaginaires collectifs. De la négritude à la « migritude », nous n’avons franchi qu’un pas, histoire d’ancrer ce courant sur le fil des préoccupations contemporaines, liées aux frontières. Il s’agit d’élargir les perspectives liées aux migrations en mettant en lumière des poètes africains.

    Coproduction L’Antre Lieux, le Printemps des Poètes et la Maison pour Tous d’Avignon. Entrée gratuite.

  • 18 mars 2016

    Lecture musicale

    Joël Lokossou, comédien, et Fred Madœuf, manipulateur d’objets sonores,  « Léon Gontran Damas », suivie d’une rencontre et d’échanges avec les artistes.

    Le 11 mars 2016 à 15 heures 30, à la Maison pour Tous d’Avignon-Champfleury, tout public.

    Pour compléter cette lecture et ce tour d’horizon à la fois historique et poétique, des adolescents qui ont réalisé un ciné-poème à partir du texte de l’écrivain ivoirien Bernard Dadié « Les lignes de nos mains » le présenteront à l’occasion du Printemps des Poètes. S’en suivra un autre atelier avec un autre groupe de jeunes qui se penchera quant à lui vers le poème « Au bout de l’arc-en-ciel », de l’écrivain sud-africain Richard Moore Rive.

    Entrée gratuite.

  • 18 août 2015

    Juillet 2015 à juillet 2016

    L’Antre Lieu partie 2, « Le premier homme », un ciné-poème d’Anne Vuagnoux.

    Après celle du Barbare, Anne Vuagnoux esquisse les contours d’une deuxième figure : celle du premier homme. L’étranger que nous regardons souvent avec méfiance ou hostilité, nous le portons au fond de nous. Cet homme, suspendu entre deux univers demeure en transit, pris entre deux temps, passé et présent, deux histoires, deux mémoires. Cette errance finira par révéler en contre jour les rivages d’un continent lointain encore à découvrir, celui de l’altérité, de l’incontournable liberté de l‘homme.

    Durée : 20 minutes.

  • 18 août 2015

    Ateliers hebdomadaires et lecture

    Centre Pénitentiaire du Pontet.

    Chacun des ateliers fait l’objet d’une démarche artistique. Au-delà d’une proposition socio-culturelle, ces initiatives sont mise en œuvre par des artistes qui ancrent leur discipline avec des fragments du corps social et pour lesquels l’art est avant tout affaire de la relation à l’autre.
    • Atelier 1, de février à juillet 2015, « Au-delà des frontières, tous dans le même bateau », poètes du XXèmesiècle du monde entier.
    Durée : 3 heures, le mercredi après-midi – Animation : Serge NÉRI, Anne VUAGNOUX.
    Réalisation : présentation publique le 10 juillet 2015 à 14 heures.
    • Atelier 2, de septembre à décembre, exposition «Frontières de genres : la négritude»
    Durée : 3 heures, le mercredi après-midi – Animation : Anne VUAGNOUX.
    Réalisation : lectures à voix haute suivie d’une exposition lors du Printemps des Poètes 2016.

    Public de détenus – Coproduction : SPIP du Vaucluse, L’Antre Lieux, association Culture et Liberté.